Mort d'Antoinette Fouque, pionnière du mouvement féministe

Mort d'Antoinette Fouque, pionnière du mouvement féministe

La créatrice de la féminologie

"Le dictionnaire universel des créatrices" sort en 2013. Cet ouvrage raconte 40 siècles de création des femmes. Antoinette Fouque (lemonde) n'est pas en accord avec l'existentialisme défendu par Simone de Beauvoir. Antoinette Fouque exécre les "-isme", qui réfèrent à une doctrine. Elle trouve par conséquent le terme "féminologie".

De l'éducation à la psychanalyse

Dans les années soixante, Antoinette Fouque rencontre Jacques Lacan. Elle est la fondatrice du groupe Psychanalyse et Politique, courant fondateur du mouvement MLF. Elle se fait critique littéraire pour plusieurs maisons d’édition en plus de l'enseignement. Son directeur de thèse est Roland Barthes. Antoinette Fouque décroche un DEA. L'étudiante fréquente Monique Wittig, romancière féministe pendant cette période.

Antoinette Fouque, une jeunesse entre Marseille et Paris

De sa jeunesse passée dans un milieu ouvrier, Antoinette Fouque conservera toujours un solide enracinement politique à gauche. La jeune femme suit d'abord ses études à Aix-en-Provence avant de s'installer dans la capitale. La Marseillaise est encore en faculté lorsqu'elle se marie. Elle passe une enfance tranquille dans la cité phocéenne. Marseille a vu naître Antoinette Fouque en octobre 1936.

L’éditrice Antoinette Fouque, sa maison d'édition et ses librairies

C'est en côtoyant les cercles intellectuels de la capitale que, Antoinette Fouque se rend compte combien les femmes n'occupent que peu de place dans le monde du livre. Au début des années 1970, cette femme de lettres lance Les Editions des femmes, en même temps que les Librairies des femmes dans les trois plus grandes villes françaises. Sa maison d'édition donne l'opportunité à Antoinette Fouque de défendre l'élan littéraire des femmes. Les ouvrages rédigés par des femmes sont présentés dans sa première boutique à Saint-Germain-des-Prés.

Nos articles