Antoinette Fouque - Site Archives

Antoinette Fouque - Site Archives

A Strasbourg, Antoinette Fouque (antoinettefouque-archives) a été élue vice-présidente de la commission des droits de la femme. Antoinette Fouque fait campagne avec les radicaux de gauche au scrutin européen de 1994. Elle siège à Strasbourg entre 1994 et 1999. L’Alliance des Femmes pour la Démocratie soutient la parité.

En 1964, Antoinette Fouque donne naissance à son premier enfant, elle prend à ce moment conscience des difficultés que rencontre une femme quand elle doit assumer ses rôles de femme et de mère tout en exerçant un métier en parallèle. De ses années passées dans un environnement ouvrier, elle conservera toute son existence un fort enracinement politique à gauche. Son père est un syndicaliste actif. Antoinette Fouque suit d'abord des études dans sa région d'origine puis s'installe à Paris. La Marseillaise rencontre son époux, René Fouque quand elle est étudiante.

Antoinette Fouque, du Mouvement de libération des femmes à l'AFD

En 1989, lorsqu'elle revient d'Amérique, Antoinette Fouque lance l'Alliance des femmes pour la démocratie. Le droit des femmes a été la principale lutte de la vie d'Antoinette Fouque. Cette théoricienne du féminisme lance le Mouvement de Libération des Femmes avec l'aide d'autres militantes.

Au début de la décennie 1970, Antoinette Fouque débat au sujet de la sexualité féminine aux côtés de Luce Irigaray, philosophe féministe. A la fin des années soixante, la jeune femme suit les formations du psychiatre Jacques Lacan. Elle se fait critique littéraire pour deux sociétés d’édition en plus de sa profession d’enseignante. Avec son directeur de thèse Roland Barthes, Antoinette Fouque décroche un DEA. Au cours de cette période, elle côtoie Monique Wittig, romancière féministe.

Antoinette Fouque se différencie de Simone de Beauvoir et ce que cette dernière avance dans "Le deuxième sexe". "Le dictionnaire universel des créatrices" est édité en 2013, il met en lumière quarante siècles de création des femmes. La théoricienne déteste les "-isme", qui renvoient à une théorie. Elle fait dès lors naître le mot "féminologie". Naturellement, Antoinette Fouque a écrit dans divers ouvrages collectifs tels que "Mémoire de femme 1974-2004" ou "Génération MLF 1968-2008".

Une société d'édition pour la littérature féminine

Elle crée sa propre maison d'édition, Les Editions des femmes au début des années 70. Les Librairies des femmes ouvrent leurs portes dans la foulée. Espaces de débats où les livres et journaux sont à la disposition de tous, les boutiques de livres inaugurées par Antoinette Fouque ouvrent leurs portes jusqu'à minuit. En côtoyant les milieux littéraires,, Antoinette Fouque a pu s'apercevoir combien les femmes tiennent une place mineure dans le secteur de l’édition. Les ouvrages dont les auteurs sont des femmes sont proposés dans sa première boutique parisienne à Saint-Germain-des-Prés.

Nos articles